Visite de l’Ambassadeur Patrice Debré

JPEG L’Ambassadeur de France pour le VIH et les maladies transmissibles Patrice Debré était au Cap du 19 au 22 juillet pour assister à la conférence de l’International AIDS Society sur le traitement et la prévention du VIH. Cette conférence bisannuelle est le grand rendez-vous des chercheurs, médecins, ONG, responsables politiques et producteurs pharmaceutiques sur le sida. Ce fut l’occasion de faire un bilan sur l’état d’avancement de la pandémie, de présenter les dernières innovations dans les traitements et de chercher des solutions aux défis posés à la lutte contre le virus par la crise économique. C’est la première fois que l’Afrique du Sud accueille cette conférence.

A l’occasion de cette conférence, l’Ambassadeur Debré a voulu rencontrer des acteurs locaux de la lutte contre le sida. Il a ainsi eu un entretien avec Sephen Harrison et Dena Bosch de l’ONG « Treatment Action Campaign ». Cette organisation a été créee en 1998 dans le but d’éduquer la population sud-africaine sur le VIH et de plaider auprès des autorités pour renforcer l’accès aux traitements. JPEG Les 18.000 membres de l’organisation se concentrent désormais sur la mise en œuvre du National Strategic Plan gouvernemental élaboré en 2007-2008 et qui fixe comme objectif de réduire le taux d’incidence (nombre de nouveaux cas) de moitié et de faire parvenir un traitement à 80% des malades. L’Ambassadeur Debré a présenté le projet UNITAID sur les financements innovants en matière de lutte contre le sida, qui permet grâce à une une taxe modérée sur les billets d’avion d’acheter des antiretroviraux et d’en faire baisser les prix. La France est aujourd’hui le premier contributeur à Unitaid avec 110 millions d’euros versés chaque année.

JPEG Patrice Debré a aussi rencontré le Dr. Eric Goemaere au centre MSF de Khayelisha. Médecins sans Frontières a été un acteur clef de la lutte contre le sida dans la province et sa présence à Khayelitsha explique en grande partie pourquoi l’épidémie semble aujourd’hui se stabiliser dans le deuxième plus grand township du pays. Grâce au travail acharné mené depuis 10 ans dans les 10 centres de soin gérés conjointement par MSF et le gouvernement provincial. Ces cliniques traitnet plus de 12000 patients avec des antirétroviraux.

publié le 11/08/2009

haut de la page