Mot d’arrivée du Consul Général de France au Cap, M. Laurent Amar

Mesdames, Messieurs, chers compatriotes, chers amis,

Je viens d’arriver au Cap pour prendre mes fonctions de Consul Général de France avec juridiction sur les provinces du Cap Occidental, du Cap Oriental, du Cap septentrional, les îles du Prince Edouard et le territoire britannique de Sainte-Hélène.

C’est pour moi un très grand honneur. J’espère être à la hauteur de cette mission et des mes illustres prédécesseurs - Jean-Christophe Belliard, Bruno Clerc, Antoine Michon, Xavier d’Argoeuves - qui m’ont tous dit le souvenir marquant qu’ils ont gardé de leur séjour en Afrique du Sud.

J’ai eu la chance de visiter à plusieurs reprises l’Afrique du Sud à des moments forts de son histoire récente. En 1994 juste après les élections démocratiques en tant que jeune diplomate. En 2011 au moment de la COP21 à Durban, en tant que conseiller de la ministre française de l’environnement. Depuis plusieurs années en tant que responsable de l’Agence Française de Développement qui finance de manière importante les municipalités et les investissements verts en Afrique du Sud.

Mon premier geste après ma prise de fonctions a été de me rendre à Robben Island, lieu chargé d’histoire et d’émotion, inséparable dans notre mémoire de la naissance de la nouvelle Afrique du Sud et de la figure de Nelson Mandela.

Je souhaitais vous adresser quelques mots sur le contexte de ma mission.

Le monde, nous le constatons chaque jour, a besoin de justice. Il nous faut dans ce contexte renforcer la gouvernance internationale, à laquelle nos deux pays contribuent tant, de la COP21 aux Nations-Unies en passant par le G20, alors que certains mettent en doute les fondements sur lesquels elle a été construite ces dernières années. Les problèmes communs appellent des solutions collectives fondées sur le multilatéralisme et la primauté du droit.

Dans le domaine économique, nos relations en matière de commerce ou d’investissements se sont renforcées. Au Cap occidental, les entreprises françaises sont de plus en plus dynamiques dans les secteurs du tourisme et des nouvelles technologies notamment. Le Cap est une des villes phare pour la French Tech.

Dans le domaine de la culture, la France et l’Afrique du sud sont des terres d’élection pour l’art et la littérature. En plus de ses quatre Prix Nobel de la paix, l’Afrique du Sud compte parmi les lauréats les plus récents deux prix Nobel de littérature Nadine Gordimer et JM Coetzee et tant de formidables écrivains comme Deon Meyer ou Michele Rowe. Dans le domaine des arts plastiques j’ai pu visiter avant mon départ l’exposition exceptionnelle organisée par la Fondation Louis Vuitton sur l’Art contemporain sud-africain où l’on pouvait admirer la puissance des œuvres de Jane Alexander, William Kentridge ou David Goldblatt. Au Cap et à Port Elizabeth, nos Alliances Françaises font rayonner la culture et la langue française, tout en offrant un espace privilégié d’échanges et de partage.

Je ne voudrais pas terminer sans évoquer le sport naturellement qui est une passion commune, et dans lequel nos deux pays excellent. Tous les Français se réjouissent que Paris accueille les Jeux olympiques en 2024. Le sport peut être un vecteur de rapprochement entre les peuples, de développement et de lutte contre les inégalités.

Ma mission consiste en somme à explorer tous les domaines de coopération entre la France et les trois provinces du Cap, et aussi à favoriser la connaissance mutuelle entre nos deux pays. Mon rôle consiste à coordonner et animer un réseau français, constitué du consulat général de l’école française et de tous les opérateurs présents dans la circonscription notamment les alliances françaises. Il est aussi de travailler étroitement avec chacune et chacun d’entre vous : les partenaires du monde économique, les partenaires de la société civile, du monde de la culture, du monde universitaire.

Le consulat vous est ouvert, il est à votre écoute, à votre disposition grâce à la formidable équipe qui le compose. Je salue l’action de nos élus et de nos consuls honoraires de Port Elizabeth, East London et Sainte Hélène si essentiels pour notre présence auprès de tous les membres de la communauté française. Chacune et chacun d’entre vous trouvera toujours le soutien qu’il est en droit d’attendre du dispositif français. Vous pouvez compter sur moi. J’aborde cette mission avec beaucoup d’humilité et beaucoup d’enthousiasme.

Je vous remercie.

Laurent AMAR

publié le 24/10/2017

haut de la page