Fous de vélo !

Mickaël Da Matha Sant Anna et Alain Broglia, originaires du village de Plandecuques, à deux pas de Marseille, ont poussé les portes du Consulat général il y a quelques jours. Ils y ont déposé leurs vélos après avoir participé à la course la plus intense du monde : The Munga. Rencontre.

JPEG

Vous avez dit « fous » ?

1083 kilomètres, 5 jours, 6 heures de sommeil, 51°C… Cette équation résume très bien la course sud-africaine The Munga à laquelle les deux Marseillais ont participé du 29 novembre au 3 décembre.

Cette course « non-stop » est la seule dans le monde à se tenir dans ces conditions extrêmes, en plein été, au milieu du désert sud-africain. Sans assistance, les compétiteurs sont partis de Bloemfontein pour parcourir des centaines de kilomètres à travers le désert du Karoo et atteindre la ligne d’arrivée à Wellington.

Nos deux compatriotes étaient les premiers Français à prendre part à cette course démoniaque, et faisaient partie des 81 cyclistes – sur 112 participants – à accomplir l’exploit de la terminer.

C’est une course où l’effort physique est inimaginable, qui demande une force mentale à toute épreuve. Alors que Mickaël et Alain ont pu parcourir 450 kilomètres ensemble, leurs routes se sont séparées suite à une blessure. A ce moment, la course est devenue extrêmement difficile pour les participants, seuls, dans l’hostilité du désert du Karoo, et devant rouler sur des pistes graveleuses et difficiles.

S’arrêtant pour se reposer quelques minutes seulement, Mickaël nous explique qu’il n’a dormi que 6 heures en 4 jours. On peut se demander : comment continuer à pédaler, dans la douleur, sur une piste cabossée, sous un soleil de plomb, pris dans des bourrasques de poussière ?

Laissons Mickaël et Alain nous répondre : « C’est la passion du vélo, le surpassement de soi qui fait avancer. » et qui l’eut cru, nos deux compatriotes souhaitent participer à l’édition 2018.

Un grand bravo de la part du Consulat général, et… à l’année prochaine !

publié le 14/12/2017

haut de la page